Comment argumenter une idée ? 3 étapes pour réussir à parler de vos idées correctement

Dans cet article, je vais t’expliquer comment argumenter une idée que tu as pour qu’elle puisse être réalisable, et ce, même si les gens pensent autour de toi qu’elle ne vaut rien.

Dans la vie, on nous apprend inconsciemment qu’il y a des bonnes et des mauvaises idées :

  • Une bonne idée est une idée qui plait, qui a du sens, qui peut donner de la valeur a un projet et que tout le monde peut accepter facilement, sans poser de questions.
  • Une mauvaise idée, au contraire, est une idée qui peut nuire à un projet, qui n’est pas réalisable et qui n’a pas de connexion cohérente avec le sujet.

Depuis notre tendre enfance, les idées incroyables sont valorisées partout !

Dans les films, les success-stories, les dessins animés, dans les parcours Alumni des grandes écoles, dans les biographies…

Il est donc normal de vouloir absolument en trouver de bonnes avant d’envisager quoi que ce soit : Cela nous permet de nous sentir valorisé.e.s, important.e.s aux yeux des autres.

Pourtant, un paradoxe s’opère ici sans qu’on s’en aperçoive :

Comment se fait-il que les mauvaises idées, celles qui sont nuisibles, continuent d’exister alors qu’il en existe des bonnes pour les remplacer ?

Autrement dit, comment peut-on accepter ce qui est mauvais, médiocre, alors que nous avons autour de nous des personnes capables de trouver de bonnes idées ?

La réponse à cette question, est tout simplement le fait, qu’en réalité, ce n’est pas l’idée qui compte mais la manière qu’on a de la présenter aux autres (et à soi-même d’ailleurs) !

Un livre qui résume parfaitement cette philosophie est celui de Charles Pépin « Les vertus de l’échec » :

Un livre à lire absolument si vous pensez que vos mauvaises idées ou vos échecs ne valent rien…

Il existe bien d’autres livres sur le sujet.

Je vais maintenant vous donner une liste d’étapes à suivre pour comprendre comment argumenter une idée précisément et rapidement afin que vous puissiez défendre vos idées, même les plus farfelues :

Comment argumenter une idée : Le protocole que je vous recommande

Étape 1 : Ne parlez JAMAIS de vos idées avant qu’elles ne soient « solides »

Qui n’a jamais parlé trop vite de ses idées avant d’être confronté aux regards peu enthousiaste de ses ami.e.s !

Je suis sûr que vous voyez de quoi je parle …

J’ai par exemple parlé de nombreuses fois à des personnes de mon entourage du fait que j’avais envie de produire de la musique pour ensuite la partager sur scène avec un public.

De manière assez légère, naïve finalement, je balançais littéralement mes idées aux gens.

Je leur partageais mes références, mes concepts, mes exemples…

Mais à chaque fois c’était pareil :

  • Soit, je me retrouvais face à des personnes qui ne comprenais pas un mot de ce que je leur disais.
  • Soit on me ramenait tout de suite sur Terre avec une tonne de questions pragmatiques dont je n’avais aucunement la réponse.

Cela générait en moi de la colère.

Car j’avais l’impression de devoir constamment me justifier.

Ce que j’entends par le terme « solide » donc, c’est lorsque vous avez compris quels types de contre-arguments les personnes de votre entourage peuvent vous exposer :

  • « Mais ça va servir à quoi exactement ? »
  • « Mais t’avais pas déjà fait ça y’a quelques temps ? »
  • « Mais ça existe déjà ton truc, regarde … »
  • « Mouais OK… Je comprends pas grand chose mais pourquoi pas »

Prenez l’habitude de travailler seul.e

Si vous n’arrivez pas à imaginer le type de questions qu’on peut vous poser, alors cela veut tout simplement dire que ce n’est pas encore le moment d’en parler.

Sachez, d’une manière générale, que vous n’êtes pas obligé.e de constamment présenter votre travail aux autres pour avoir leurs avis, leur aval, afin de passer à l’action !

Faites-vous confiance et avancez, même si vous n’êtes pas sûr que votre idée est la bonne.


Étape 2 : Établissez vos WHAT, HOW, WHY

Souvent au début de mes projets, je pars dans tous les sens.

Et c’est normal, ça s’appelle la divergence !

On ne sait pas où on va, on est dans le flou…

(D’ailleurs s’il y a bien une chose que les gens nous renvoient quand on commence à parler de nos idées trop rapidement, c’est le flou artistique dans lequel nous nous trouvons.)

On sait qu’on est sur la bonne voie car on le ressent au fond de nous, mais on peine encore à mettre les mots dessus.

Pour d’une part laisser ce flou s’exprimer et en même temps commencer à converger, il faut se concentrer seulement sur l’essentiel.

Nous avons vu dans l’étape précédente comment argumenter une idée en se retenant d’abord de parler de quoi que ce soit aux gens qui nous entourent, avant que notre propos ne soit solide.

Solide ET net !

Pour cela, vous allez travailler sur 3 notions uniquement :

  • WHAT : Qu’est-ce que cette idée, dans les détails (croquis, intentions, textes, références…) ?
  • HOW : Comment allez-vous réalisez cette idée (dates, planification, partenaires…) ?
  • WHY : Pourquoi vous voulez concrétisez cette idée (mission, morale, but…) ?

Ces 3 questions ne sortent pas de nulle part.

Elles proviennent de Simon Sinek (conférencier americano-britannique, auteur de livres sur le management et la motivation) :

Simon Sinek – The Golden Circle : L’essentiel pour savoir comment argumenter une idée sans trop réfléchir…

Si vous arrivez à écrire clairement les réponses de ces 3 questions,

Vous aurez déjà de quoi défendre votre idée de manière efficace.

Sans craindre toutes les secondes qu’on vous coupe la parole pour vous présenter un contre-argument.

Et même si c’est le cas :

Vous saurez comment rebondir et clore le débat car il sera hors-sujet.


Étape 3 : Établissez un plan d’action, en ayant déjà réalisé la première action

L’idée ici est d’avoir anticipé un plan d’action.

Car non, vous ne venez pas simplement présenter quelque chose de fictif,

Vous avez déjà pensé, de manière plus ou moins précise, aux grandes étapes pour réaliser ce projet.

Calendrier, To-do list, Bullet journal… À vous de choisir le format qui vous correspond.

Cette liste d’étapes est cruciale.

C’est elle qui implante votre projet dans le réel et qui génère de la confiance et une crédibilité aux yeux des gens qui vous regardent.

Car même si vous avez montré que votre idée est réalisable et vaut la peine d’être regardée avec plus d’attention, vous demeurez encore une fois, plus du coté de l’esquisse que du dessein.

Je me rappellerai toujours des projets que je voulais monter pendant mes études.

Je devais sans arrêt convaincre mes profs que mon idée était le bonne pour moi.

Et toujours, alors qu’ils commençaient à me donner leur avis constructif sur une autre façon de faire les choses

J’avais déjà réalisé ce qui semblait objectivement compliqué, comme une technique de pliage, ou une programmation électrique…

C’est pour cela que je vous conseille, une fois que vous avez établi cette liste de tâches, d’actions à réaliser,

De ne jamais attendre qu’on vous dise OK pour commencer à cocher les cases !

De ce fait, vous donnerez une image dynamique et très concrète de la possible réalisation de votre idée.

Et cela fera une énorme différence !

Car si vous avez déjà coché la première tâche, dans l’esprit des gens, vous réussirez à réaliser toutes les autres !

N’ayez donc plus peur de parler de vos idées devant des personnes qui n’y croient pas !

Car vous savez à présent comment argumenter une idée efficacement sans vous laisser déstabiliser !

Merci d’avoir lu cet article jusqu’ici.

Pour vous remercier, vous pouvez dès maintenant continuer l’aventure avec moi en téléchargeant gratuitement votre guide Les 10 ennemis de la créativité, remplis d’astuces pour avoir des idées plus facilement  !

Couverture du Ebook "Les 10 ennemis de votre créativité".

Téléchargez votre guide "Les 10 ennemis de votre créativité"

Et découvrez comment sortir rapidement du syndrome de la page blanche, du perfectionnisme, d‘une panne d’inspiration ou d’une perte de motivation.