Comment se retrouver soi-même ? 3 façons pour mieux comprendre la personne que l’on est.

Dans cet article, je vais vous exposer 3 façons de mieux comprendre la personne que vous êtes. Si vous avez l’habitude de vous demander « Comment se retrouver soi-même », alors ne bougez pas, car cet article pourrait bien vous être utile.

S’il y a bien une chose aujourd’hui vers laquelle on aimerait tous et toutes se diriger,

C’est vers une meilleure connaissance de soi.

Pourquoi ? Parce que se connaitre davantage permet de :

  • Faire de meilleurs choix.
  • Être plus heureux.euse.
  • Réaliser plus facilement ses projets pro et perso.
  • Attirer des personnes qui nous ressemble et avec qui on se sent bien.

À l’inverse, une mauvaise connaissance de soi engendre généralement :

  • Faire les mauvais choix et regretter ce qu’on a cru décider.
  • Ne pas se sentir libre et épanoui.e dans son travail ou sa vie perso.
  • Réaliser des choses en se forçant constamment, sans jamais pouvoir prendre de plaisir.
  • Ne pas attirer les bonnes personnes pour nous.

Et ceci peut malheureusement concerner tous les projets que vous voulez entreprendre !

Que vous vouliez écrire un livre ou investir dans de la cryptomonnaie,

Vous aurez besoin d’apprendre à vous connaitre, de vous retrouver vous-même,

Pour dépasser certains obstacles qui feront barrage à votre créativité,

Ou autrement dit, qui empêcheront votre cerveau de trouver les bonnes solutions pour les problèmes que vous rencontrerez sur votre route.

Le processus créatif est décrit par le neuroscientifique Graham Wallas en 1926 comme étant ceci :

Comment se retrouver soi-même ? En se reconnectant à sa créativité en respectant le processus créatif.

Pour information, c’est moi qui aie rajouté la dernière étape…

Pourquoi est-ce que je vous parle de processus créatif alors que nous parlions du fait de se retrouver soi-même ?

Eh bien tout simplement parce qu’il y a une phase extrêmement importante à prendre en compte,

Et qui pourtant, n’est pas très souvent respectée…

On en parle juste après !

Comment se retrouver soi-même ? Les 3 facteurs à identifier pour mieux comprendre qui on est réellement !

Facteur N°1 : L’incubation.

La phase d’incubation est la phase N°2 du processus créatif.

Quand on parle de cette étape, il s’agit simplement de laisser son cerveau se reposer pour que les idées qu’on a eues dans la première étape, deviennent NOS idées.

Quand on dit « laisser son cerveau se reposer », ce n’est pas tout à fait exact…

blank

On appelle cela « la dépense improductive » dont parle Georges bataille dans son livre La notion de dépense.

Ainsi, faire une dépense improductive, c’est par exemple :

  • Aller à une expo.
  • Aller voir un film.
  • Regarder autour de soi.
  • Discuter autour d’un verre.
  • Lire des histoires.
  • Jouer à un jeu de société.
  • Feuilleter des magazines.
  • Regarder une série.
  • Méditer.
  • Prendre une douche.
  • Faire du sport.

Dans une société où l’on identifie les gens uniquement que par leur statut professionnel,

La plupart des personnes laissent complètement de côté tout l’autre versant de leur vie,

Voire elles se force à faire des choses qu’ils.elles n’aiment pas !

C’est en explorant toutes ces dimensions que vous réussirez à vous retrouver vous-même !

Pas en continuant de faire semblant d’être intéressé.e par quelque chose qui ne vous parler pas…

Personnellement, je ne peux plus m’empêcher aujourd’hui d’aller faire la fête,

Ou d’aller danser quand un DJ que j’aime bien passe quelque part.

Que ce soit en festival ou dans une salle,

Je sais que j’ai besoin de vivre ces expériences pour mieux repartir ensuite.

Le sport est aussi un élément très important dans ma vie,

il me permet de rester en forme, de ne pas perdre de poids (oui je fais partie de ces gens qui maigrissent trop rapidement).

Et aussi, il me permet d’être détendu et de rester aligné.

Ce qui est quand même indispensable lorsqu’on se lance dans des projets divers et variés !


Facteur N°2 : Identifier ses propres besoins !

Nous avons vu que le facteur n°1 pour réussir à répondre correctement à la question « comment se retrouver soi-même ? » était de prendre en compte, et de respecter la phase d’incubation.

Dans cette deuxième partie, nous allons voir qu’une étape importante pour se retrouver soi-même est d’identifier nos propres besoins.

blank

On pourrait évidemment évoquer la pyramide de Maslow et la répartition des nombreux besoins sous forme de catégories précises.

Mais là où se situe la subtilité du sujet,

C’est que nous avons tou.te.s besoin de toutes ces choses,

Mais à des degrés différents !

Il est donc absolument nécessaire de comprendre quels sont les besoins les plus importants pour vous,

Afin de vous retrouver vous-même !

J’expérimente de mon côté, un grand besoin d’accomplissement…

Si je ne réalise rien, si je ne sers à rien,

Alors je me sens triste et malheureux,

Et ça me fait la même chose avec les activités en dehors de la création de contenu…

Surtout avec la musique,

Si je ne touche pas à mon matériel pendant un moment,

Alors je ne me sens pas bien !

Le tout est de le savoir et d’écouter son ressenti,

D’ailleurs en fonction de chaque besoin, chaque partie du corps réagi :

  • Si j’ai besoin d’accomplir quelque chose, je vais culpabiliser et ça va résonner dans mon thorax
  • Si j’ai besoin de m’amuser, je vais me sentir triste et je vais le sentir au niveau du cœur.
  • Si j’ai besoin de me reposer, alors je vais me sentir fatigué et ce sont mes yeux et mes oreilles qui vont parler.

Le corps est un outil extraordinaire pour nous indiquer de quoi il a besoin.

Et si on remplit ses besoins, alors on est heureux.euse et on a la sensation de se retrouver enfin !


Facteur N°3 : Planifier du temps pour soi.

Nous avons vu que le deuxième facteur pour comprendre comment répondre à la question « Comment prendre du temps pour soi » était d’identifier et de combler les besoins que nous ressentons au fur et à mesure de notre vie.

Le troisième et dernier facteur dont j’aimerais vous parler et celui de planifier les temps durant lesquels vous allez vous autoriser à vous retrouver.

En reprenant la liste citée plus haut concernant les activités improductives,

Les énoncer et en prendre conscience n’est malheureusement pas suffisant…

Il faut leur donner une temporalité, une date, une fin, une durée précise !

Sinon, notre cerveau ne parvient pas à remettre en ordre vos priorités.

Et c’est tout à fait normal !

Alors, oui, il est nécessaire de planifier les jours où l’on ne fait rien !

Ça peut paraitre idiot, mais en réalité, quand on n’en a pas l’habitude, il est nécessaire de passer par une phase de ré-adaptation.

blank

C’est ce que Julia Cameron appelle dans son livre « libérer votre créativité, le rendez-vous avec l’artiste intérieur.

De mon côté, je note toujours mes week-ends en off.

Même si je suis entrepreneur, j’ai décidé de me calquer sur le rythme de base pour pouvoir avoir une vie sociale avec mes ami.e.s salarié.e.s.

Et ça me convient très bien comme ça !

Mais il n’y a pas de règle !

Il convient encore une fois de faire en fonction de vous et de vos besoins !

Votre rythme pour vous retrouver vous-même ne sera pas le même qu’une autre personne.

Cela prend du temps, et vous allez devoir chercher avant de trouver ce qui vous correspond vraiment.

Alors n’hésitez plus à expérimenter différentes temporalités pour savoir comment se retrouver soi-même !


Voilà ! Vous savez à présent comment se retrouver soi-même en adaptant trois facteurs bien spécifiques !

Merci d’avoir lu cet article jusqu’ici.

Si ce contenu vous a intéressé, n’hésitez pas à aller voir mon article pour savoir comment argumenter une idée en 3 étapes.

Vous pouvez également consulter la chaine YouTube pour plus de conseils en vidéo.

Pour vous remercier, vous pouvez dès maintenant continuer l’aventure avec moi en téléchargeant gratuitement votre guide 10 conseils pour sortir du perfectionnisme, rempli d’astuces pour avoir des idées plus facilement  !Code court

Comment prendre le temps de se connaitre ? 4 dimensions à définir dès maintenant pour comprendre le potentiel qui se cache en vous.

blank

Dans cet article, je vais vous aider à comprendre comment prendre le temps de se connaitre en vous donnant 3 dimensions à explorer pour en savoir davantage sur le potentiel qui se cache en vous.

En effet, il a bon nombre d’éléments qui permettent de comprendre efficacement la personne que l’on est sans trop se prendre la tête ou en faisant une longue psychanalyse par exemple.

Apprendre à se connaitre est quelque chose de plus en plus important pour nous.

Dans une société où on a voulu que tout le monde remplisse un rôle bien défini,

Nous sommes aujourd’hui à un tournant de notre histoire,

Un tournant qui nous porte vers l’idée de faire en sorte que ce soit le système qui s’adapte à nous, et pas l’inverse.

blank

Le problème, c’est qu’on ne nous a jamais appris à comprendre comment prendre le temps de se connaitre…

À créer des systèmes qui nous correspondent…

Depuis que nous sommes enfants, on doit plutôt obéir pour correspondre à une image future…

Ce qui nous conduit au paradoxe du fait qu’on ne sait plus prendre le temps pour soi :

On ne sait pas qui on est vraiment.

Dans ce cas, il n’y a pas une infinité de solutions,

Pour prendre le temps, vous devez le prendre :

  • Planifier le temps pour vous dans votre agenda, c’est un horaire non négociable.
  • Prenez des vacances ou des jours de repos.
blank

Ce sont à peu près les seules options que vous avez pour prendre le temps !

Maintenant, comment prendre le temps de se connaitre réellement ?

Qu’en est-il de nous lorsque l’on se rend compte qu’on ne peut pas faire semblant d’être quelqu’un d’autre ?

Je vous propose de nous retrouver autour de 4 points que j’ai identifiés pour vous aider à préciser votre personnalité.

Comment prendre le temps de se connaitre ? Le protocole en 4 dimensions.

Dimension N°1 : L’exploration

Comme son nom l’indique, cette première dimension concerne l’aspect de l’exploration.

Tel.le un.e aventurier.e dans une jungle,

Vous devez vous autoriser à explorer les zones que vous ne connaissez pas encore.

Vous devez apprendre à vous laisser surprendre !

Pour ce faire rien de plus simple :

  • Partez en voyage dans un endroit que vous ne connaissez pas.
  • Écoutez un artiste que vous ne connaissez pas.
  • Vous avez entendu parler d’un documentaire sur le Kung-fu ? Allez regarder !
  • Vous avez envie de peindre ? Lâchez-vous !
  • Vous avez envie d’aller danser dans ce nouveau festival ? Prenez vos places !

La règle est très simple :

Plus vous testerez,

Plus vous serez en capacité de vous dire si vous aimez telle ou telle chose.

Et se connaitre c’est exactement ça :

blank

Savoir distinguer ce que l’on aime de ce que l’on n’aime pas !

Tout simplement…

Encore faut-il prendre la peine d’aller essayer !

Alors, prenez votre courage à deux mains et lancez-vous dans cette activité qui vous fait envie !

De mon côté, je suis un jour aller en festival techno.

À partir de ce jour-là, j’ai découvert une facette de moi que je ne connaissais pas.

Je savais que j’avais un attrait pour la musique électronique,

Mais j’étais loin d’imaginer à quel point cela faisait partie de moi…

Une grosse claque donc qui m’a permis ensuite d’apprendre à mieux me connaitre :

OUI j’aime la techno et j’ai des artistes que j’adore !

Écrivez-moi en commentaire les artistes que vous aimez le plus !


Dimension N°2 : Vos blessures

Nous avons vu que la première dimension pour comprendre comment prendre le temps de se connaitre était le fait d’explorer plein de domaines différents, de tester plein d’activités différentes pour se diriger vers le « j’aime/je n’aime pas » qui nous aidera à mieux comprendre qui l’on est.

La deuxième dimension dont j’aimerais vous parler à présent est un peu surprenante : il s’agit de vos blessures.

blank

En effet, nos blessures sont des éléments indispensables à identifier pour comprendre qui l’on est réellement.

Quand on entend le mot « blessure » on pense tout de suite à « souffrance »…

Or, une blessure, bien qu’elle puisse générer de la souffrance chez nous,

Est surtout une partie de nous qui ne demande qu’à s’exprimer.

Car chaque blessure à un revers,

Un revers qui est une ressource incroyable !

Dans mon cas, je m’identifie beaucoup à la blessure du rejet et de l’injustice.

Au début, je n’arrivais pas à comprendre ce qu’elles signifiaient pour moi.

Je ne les voyais que comme des boulets que j’allais devoir trimballer à côté de moi toute ma vie…

C’est après les avoir identifiées que j’ai réalisé à quel point je pouvais m’en servir pour avancer dans mes projets.

Car, comme elles sont des parties de moi, si je les mets de côté, je n’arriverais jamais à faire un travail qui me correspond réellement…

C’est un peu l’ironie du sort !

Plus on les rejette, moins on est soi-même.

J’ai ainsi pu comprendre que :

  • Pour ma blessure d’injustice : j’ai compris que j’étais quelqu’un qui aime les cadres, qui aime que les choses soient à leur place. Je peux ainsi construire des plans et des méthodes très facilement pour les autres.
  • Pour la blessure du rejet : j’ai compris que j’étais quelqu’un qui devait apprendre à prendre contact avec les autres. De l’autre côté je suis quelqu’un qui n’a pas de mal à vivre seul et à faire les choses comme je le souhaite. J’arrive à créer des univers très simplement.

Et vous quelles sont les blessures qui vous constituent ? Les avez-vous identifiés ? Quels sont leurs aspects positifs ?


Dimension N°3 : Les tests

Nous avons vu que la dimension précédente pour comprendre comment prendre le temps de se connaitre était d’identifier ses blessures pour pouvoir ensuite s’en servir comme de véritables ressources.

Nous allons voir à présent la dernière dimension : celle des tests.

Je vous propose deux tests.

Non pas parce qu’ils sont les meilleurs,

Mais parce que ce sont les deux que j’ai testés !

Il s’agit du test MBTI et du test DISC.

LE TEST MBTI

(Cliquez sur ce titre pour accéder au test)

Est extrêmement connu, car le site internet qui permet de passer le test est super bien fait !

En fonction du résultat, vous apprendrez à mieux connaitre la personne que vous êtes.

blank

De mon côté, je suis Avocat (INFJ).

Quand je lis la description, je me reconnais beaucoup dans les descriptions.

Je vous parlais tout à l’heure de ma blessure d’injustice,

Eh bien on peut dire que je ne suis pas surpris d’être avocat !

LE TEST DISC

Je n’ai malheureusement pas de lien à vous fournir pour passer le test,

Car celui-ci est payant,

Malgré tout, je vais quand même vous montrer de quoi il s’agit exactement,

En fonction des réponses que vous apportez au formulaire,

Vous allez être dirigé.e vers 4 couleurs différentes :

blank

Chaque couleur correspond à un type d’énergie.

Nous avons tou.te.s les 4 couleurs en nous.

Mais à des degrés différents !

blank

En passant ce test, je me suis rendu compte à quel point j’étais conformiste.

Le comble pour quelqu’un qui écrit un blog sur comment sortir du perfectionnisme !

Mais en réalité, cela à beaucoup de sens…

Car plus je nourris en moi ce besoin de cadre,

Plus je suis capable d’en sortir et de produire des choses !

Et vous ? Quels sont les résultats que vous avez obtenus ?


Voilà ! Vous savez à présent comment prendre le temps de se connaitre en précisant 3 dimensions fondamentales !

Merci d’avoir lu cet article jusqu’ici.

Si ce contenu vous a intéressé, n’hésitez pas à aller voir mon article pour savoir comment argumenter une idée en 3 étapes.

Vous pouvez également consulter la chaine YouTube pour plus de conseils en vidéo.

Pour vous remercier, vous pouvez dès maintenant continuer l’aventure avec moi en téléchargeant gratuitement votre guide 10 conseils pour sortir du perfectionnisme, rempli d’astuces pour avoir des idées plus facilement  !

10 conseils pour sortir du perfectionnisme

Téléchargez votre guide "10 conseils pour sortir du perfectionnisme"

Et découvrez mes 10 conseils pour sortir rapidement du perfectionnisme et avancer de nouveau dans votre projet !

Pourquoi je ne termine jamais mon projet ? 3 raisons que vous devez identifier pour passer de nouveau à l’action.

blank

Dans cet article, je vais vous poser une question que vous vous êtes peut-être déjà posée : Pourquoi je ne termine jamais mon projet que j’ai démarré ?

C’est un problème qui revient très souvent lorsqu’on essaye d’entreprendre un projet.

Moi-même, j’ai très très souvent été confronté à ce problème…

Encore aujourd’hui il m’arrive d’y faire face !

J’ai mis du temps à comprendre de quoi il s’agissait réellement…

Une fois que j’ai compris ce qui bloquait, ou plutôt ce qui ne bloquait pas, j’ai vite pu reprendre la main à chaque fois sur mes projets :

  • J’arrivais à faire le tri entre mes différentes idées.
  • J’arrêtais de culpabiliser.
  • J’arrêtais de me mettre une pression.
  • Je retrouvais l’inspiration.
  • Je me sentais capable.
  • Je produisais de nouveau.

D’après les auteures du livre Comment ne plus être en retard, le fait de ne jamais rien terminer serait un comportement typique du perfectionnisme.

La raison : cela permet aux perfectionnistes de »continuer de croire qu’ils sont brillants et disposent d’un potentiel illimité « .

Pourquoi je ne termine jamais mon projet que j'ai démarré ? Plein de réponses disponibles dans ce livre.

Jane B Burka et Leonora M. Yuen sont psychologues et spécialistes de la procrastination.

Autrement dit, les personnes concernées par le fait de ne jamais terminer les projets qu’ils.elles entreprennent resteraient dans une zone de confort :

Le confort de ne pas passer à l’action et de ne pas se confronter au réel.

Pour ne pas prendre le risque d’être déçu.e, de peur de ne pas réussir et d’être jugé par les autres…

Il est vrai que le passage au réel peut être très compliqué pour les perfectionnistes comme nous.

Néanmoins, et selon mon expérience, ce n’est pas toujours le vrai problème…

Le vrai problème, c’est souvent que l’on aime tellement faire plein de choses, qu’on en oublie l’essentiel :

  • Qu’est-ce que j’aime vraiment faire ?
  • Quelles sont les compétences que j’aime utiliser ?
  • Quels sont mes besoins par rapport à mes projets ?

Si vous le voulez bien, passons maintenant dans le vif du sujet.

Pourquoi je ne termine jamais mon projet que j’ai démarré ? 3 indications à prendre en compte avant de se remettre trop en question.

Raison N°1 : Votre perfectionnisme vous joue des tours.

Comme nous l’avons vu dans l’introduction, la première raison est, sans surprise, que votre perfectionnisme prend trop de place dans vos projets.

Comme l’a indiqué Miriam Adderholdt-Elliott dans son étude de 1989 «  Perfectionism & Underachievement »,

Le perfectionnisme toxique a 5 conséquences négatives principales :

  • La procrastination.
  • La peur de l’échec.
  • La philosophie du « tout ou rien ».
  • La paralysie du perfectionniste (ne pas réussir à avancer).
  • La dépendance au travail.

Ainsi, lorsque vous vous mettez en action et que, par exemple, la peur de l’échec vient pointer le bout de son nez,

Il vous est impossible de continuer à avancer.

Et c’est bien normal !

Car vous avez des besoins qui vous sont propres !

blank

Derrière chaque conséquence négative se cachent en réalité un besoin qui, une fois identifié et rempli, vous laissera la place pour reprendre la main.

Pour la procrastination et la peur de l’échec, c’est le besoin de cadre, de sécurité.

Pour les 3 derniers, ce sont les besoins d’accomplissement, d’estime de soi et de reconnaissance.

Vous devez prendre conscience de vos besoins pour mieux les remplir.

Une fois qu’ils seront comblés, vous serez de nouveau en capacité d’avancer.

Par exemple, si vous procrastinez au point de ne plus rien avoir envie de faire, c’est parce que vous avez besoin de savoir où aller.

Il peut être utile de concevoir et structurer un plan qui vous corresponde.

C’est ce que j’ai fait pour réussir à passer à l’action et écrire mes articles.

Je n’avais pas de plan, d’indications sur le chemin à suivre.

J’avais en réalité besoin de sécurité.

J’ai donc fait une formation pour apprendre à m’organiser.

Et comme j’adore être organisé, j’ai juste eu à appliquer la méthode point par point.

Aujourd’hui, j’arrive à écrire parce que mon besoin de sécurité est comblé.


Raison N°2 : Vous n’aimez pas vraiment ce que vous faites.

Nous avons déterminé que la première raison pour laquelle vous vous demandez « pourquoi je ne termine jamais mon projet » est celle de laisser son perfectionnisme prendre trop le dessus et de ne pas écouter vos besoins.

Nous allons maintenant parler de la deuxième raison qui vous empêche de concrétiser votre projet :

Le fait de ne pas être totalement convaincu de ce que vous faites.

Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai fait un truc qui ne m’intéressait pas vraiment.

Je pouvais commencer un projet pour répondre à la demande d’un client ou d’un prof par exemple.

Et lorsque je n’arrivais pas à produire quelque chose,

Je me rendais compte que j’avais beaucoup plus de facilité pour me remettre en question moi et me taire,

Plutôt que dire aux personnes concernées ce que je pensais vraiment,

De leur dire que je n’avais pas envie de réaliser ce qu’ils me demandaient.

Je continuais malgré tout,

C’était HORRIBLE !

Il faut dire aussi autre chose : Les perfectionnistes sont souvent des personnes qui s’adaptent très facilement,

Dans le sens où elles apprennent très vite et sont capables de réaliser BEAUCOUP de choses qui peuvent ne rien avoir les unes avec les autres !

blank

Autrement dit, on est capable d’endosser le costume de n’importe qui !

Résultat : on oublie peu à peu ce qui nous fait réellement envie !

Alors on s’occupe de projets qui ne nous intéressent pas, on les entasse, et on ne les termine jamais…

Alors, dans le cas où cette situation vous parle,

Faites le point et répondez honnêtement :

  • Oui, le projet que je suis en train de faire me plait et j’ai envie de le réaliser.
  • Non, le projet que je suis en train de mener ne m’intéresse pas, j’ai cru, mais non.

Maintenant que vous avez été honnête avec vous-même, voyons comment utiliser votre réponse avec la dernière raison qui vous pousse peut-être à ne jamais terminer ce projet.


Raison N°3 : Vous êtes prisonnier.e d’une croyance limitante.

Nous avons déterminé que la deuxième raison pour laquelle vous vous demandez « pourquoi je ne termine jamais mon projet « est celle de ne pas être réellement intéressé par ce que vous faites.

Place maintenant à la dernière raison qui est celle de s’enfermer dans une croyance limitante.

Celle dans laquelle je me suis senti prisonnier pendant des années, c’était celle de penser que tous les projets devaient avoir une fin.

Alors je vous pose la question : qui vous a dit que votre projet devait se terminer un jour ?

Pour avoir fait des études artistiques,

Je me suis bien rendu compte que le rendu final n’était en réalité qu’un « point étape ».

J’aurais pu pousser le projet encore plus loin si j’avais eu le temps !

Je me suis alors demandé :

À partir de quand pouvons-nous considérer que le projet est terminé ?

blank

La réponse à cette question est très simple : C’est quand VOUS l’avez décidé !

On a l’habitude dans nos cursus de laisser cette décision à la personne en charge de nous.

Notre patron.ne, notre collègue, notre manager, notre prof…

En réalité, c’est le cadre qui nous oblige à concevoir l’aboutissement de vos projets d’une certaine manière…

Dans ma musique, j’ai par exemple pris l’habitude de ne jamais terminer quoi que ce soit.

Et je suis bien plus à l’aise comme ça !

Car avant j’étais prisonnier du fait de penser que je devais d’abord terminer une musique avant d’en commencer une autre.

Or c’était exactement tout l’inverse qu’il fallait que je fasse pour me mettre à produire !

J’ai donc compris que j’avais besoin d’être dans le flou,

Et de ne surtout pas m’emmerder avec une vision aboutie.

Je pars en totale impro et j’adore ça !

Ne laissez plus les autres décider pour vous et demandez-vous si le projet que vous mener à vraiment besoin de se terminer pour combler votre besoin d’accomplissement.


Voilà ! Vous savez à présent comment ne plus vous demander pourquoi je ne termine jamais mon projet !

Merci d’avoir lu cet article jusqu’ici.

Si ce contenu vous a intéressé, n’hésitez pas à aller voir mon article pour savoir comment argumenter une idée en 3 étapes.

Vous pouvez également consulter la chaine YouTube pour plus de conseils en vidéo.

Pour vous remercier, vous pouvez dès maintenant continuer l’aventure avec moi en téléchargeant gratuitement votre guide 10 conseils pour sortir du perfectionnisme, rempli d’astuces pour avoir des idées plus facilement  !

10 conseils pour sortir du perfectionnisme

Téléchargez votre guide "10 conseils pour sortir du perfectionnisme"

Et découvrez mes 10 conseils pour sortir rapidement du perfectionnisme et avancer de nouveau dans votre projet !